BApK

Bundesverband der Angehörigen psychisch erkrankter Menschen e.V.

  • Sur le BApK


Ce qui nous importe: Le but de BApK e. V. était et est toujours la déstigmatisation des maladies mentales et l’égalité sociale et juridique des personnes somatiquement et mentalement malades. Pour cela, il est indispensable de disposer de soins psychiatriques et psychosociaux optimaux, adaptés aux besoins individuels des patients et basés sur les recherches les plus récentes, qui prennent les patients et leurs proches au sérieux. Par conséquent, BApK e. V. & nbsp; pour une offre de soins à bas seuil, à faible revenu et en réseau financée par les caisses d’assurance maladie. Grâce à une variété de collaborations et de projets avec des ministères fédéraux, des caisses d’assurance maladie, des associations professionnelles, des associations caritatives et d’autres associations, c’est la BApK e. V. a réussi à établir le principe de l’entraide en tant que composante importante de l’engagement civique en politique. Aujourd'hui BApK e. V. le travail de plus de 500 groupes régionaux d’entraide à l’échelle nationale, offre différents services de conseil et d’information, ainsi que du lobbying et du plaidoyer dans les pays, les régions et les municipalités.

D'où nous venons:

Depuis la seconde moitié des années 1960, les personnes atteintes de maladie mentale ont exprimé leurs préoccupations, leurs problèmes et leurs souhaits - et sont de plus en plus entendues. Au début des années 1970, le futur mentor de la psychiatrie sociale de langue allemande, le professeur Klaus Dörner, fonda l'un des premiers groupes de parents. Dans le même temps, avec le soutien de l'organisation faîtière Psychosocial Aid Associations (aujourd'hui l'organisation faîtière de la psychiatrie communautaire), les premières réunions destinées aux parents ont eu lieu. En 1975, le rôle des proches était explicitement abordé dans le cadre de l'enquete psychiatrique. Au début des années 80, les réunions de parents ont de plus en plus appelé à la mise en réseau des parents de personnes atteintes de maladie mentale. En conséquence, l’Association fédérale des malades mentaux (BApK) a été créée en 1985. Une de ses préoccupations centrales était la fondation et la mise en réseau des groupes familiaux dès le début.

Dans la seconde moitié des années 1980, les associations nationales de familles de personnes atteintes de maladie mentale se sont formées. Depuis la chute du mur entre les deux états allemands, les parents ont également un lobby dans les nouveaux états fédéraux. L'institutionnalisation du mouvement des proches offre de nouvelles possibilités d'influence sur la politique et la société. Par exemple, on demande de plus en plus souvent à la BApK de commenter la législation fédérale. Et les proches continuent de contribuer de manière importante à l’élaboration de directives, comme la Société allemande de psychiatrie et de psychothérapie, la psychosomatique et la neurologie (DGPPN). Quiconque souhaite en savoir plus sur l'histoire de la BApK et du mouvement familial, pour les deux contributions suivantes, est certainement intéressant:

La demande centrale dans les années de fondation (et même avant) était la fondation de groupes des proches. Le livre „Die Angehörigengruppe“ (La groupe des proches) a été publié en 1984 par Asmus Finzen et Matthias C. Angermeyer. Ce livre remarquable n'a pas seulement mis en lumière le travail des proches dans divers pays européens. Le livre d'Angermeyer et Finzen a montré la diversité des interventions familiales en psychiatrie.