BApK

Bundesverband der Angehörigen psychisch erkrankter Menschen e.V.

La ligne directrice de l'association d'entraide familiale Psychiatrie (Familien-Selbsthilfe Psychiatrie)

Vivre avec des personnes souffrant de troubles psychiques - avec assurance et solidairement.

Atténuer la souffrance et la détresse, protéger les familles et les personnes handicapées, leur permettre de participer à la vie en communauté - ces normes sont dans notre constitution, elles sont ancrées dans les lois et la conscience de la société. Elles s'appliquent également aux personnes souffrant de troubles psychiques.

Ils ne sont pas peu nombreux : En Allemagne, près d'un demi-million de personnes souffrent de troubles psychiques, la majorité d'entre elles vivent dans leur famille. Celles-ci sont souvent seules et dépassées par leurs problèmes et soucis.

Il y a quelques années déjà, des groupes d'entraide et des associations régionales se sont formés pour répondre à cela dans tous les États fédéraux, afin de se soutenir mutuellement et de mieux représenter les intérêts des familles. En 1985, le Bundesverband der Angehörigen psychisch erkrankter Menschen (association fédérale des proches de personnes souffrant de maladies mentales) (BApK) e.V. a été fondé.

Qui nous sommes

Les familles avec des personnes souffrant de troubles psychiques s'organisent sur trois niveaux :

  • au niveau local et régional par les groupes d'entraide. Ils proposent directement et sur place de l'aide et un soulagement par le dialogue, les explications et les informations,
  • au niveau de l'État fédéral par les associations régionales qui agissent comme interlocuteur pour les proches, effectuent un travail d'explication, organisent des événements et satisfont des tâches importantes pour la politique régionale,
  • au niveau fédéral par l'association fédérale qui défend les intérêts des familles au niveau national et remplit des tâches informatives par rapport aux associations régionales.

Les membres de l'association fédérale sont les différentes associations régionales. Le comité supérieur est l'assemblée des membres qui se réunit une fois par an. Elle prend toutes les décisions importantes du point de vue du contenu, du personnel et des finances. Le directoire est composé de sept membres qui travaillent bénévolement - comme les directoires des associations régionales.

L'association fédérale est sise à Bonn. 

L'association fédérale est financée par les cotisations de ses membres, des subventions publiques, des cotisations de soutien et des dons. Les moyens sont employés selon les principes de l'utilité publique, de la responsabilité, de la minimisation des coûts et de la transparence ; leur utilisation est documentée dans un rapport d'activité annuel.

Ce que nous voulons

Nous nous fondons sur l'article 3 de la Loi fondamentale. Cela signifie : Personne ne doit pas être défavorisé en raison de son handicap. Ce principe doit être également appliqué pour les personnes souffrant de troubles psychiques. Ces personnes et leur famille souffrent toujours de discrimination et de stigmatisation. Les relations évidentes et tolérantes avec eux sont empêchées par manque de connaissances, notamment sur la schizophrénie et les dépressions, par des clichés et des préjugés. Nous combattons cette stigmatisation et cette discrimination à tous les niveaux sociaux et politiques.

Nous voulons des familles informées, solidaires et sûres d'elles qui connaissent leurs droits et obtiennent l'aide dont elles ont besoin pour surmonter leur situation difficile. Notre concept de famille comprend tous les membres d'une famille - en bonne santé comme malades C'est ce que nous entendons sous le terme "Association d'entraide des familles - Psychiatrie". Toute la famille est touchée par les maladies psychiques. Nous en déduisons la légitimation de vouloir défendre les intérêts des membres malades des familles dans la discussion publique.  

Les souffrances psychiques et le handicap mental font partie de l'existence humaine, ils ne peuvent pas être ignorés ou reniés. Nous considérons les troubles psychiques comme une maladie et nous engageons pour qu'ils soient traités comme tels. Tout comme les maladies somatiques, ils peuvent être traités avec succès dans la plupart des cas.  Les personnes souffrant de troubles psychiques ne doivent pas être discriminées ou être moins prises au sérieux que les personnes souffrant de maladies somatiques. Elles ont le droit à un traitement selon les découverts scientifiques les plus récentes, à l'utilisation de médicaments efficaces avec des effets secondaires aussi faibles que possible et une rééducation optimale. 

Nous nous engageons pour le dialogue paritaire entre les personnes concernées, les proches et les spécialistes des soins psychiatriques. De plus, l'association privilégie le dialogue et la collaboration avec des institutions qui ont un rôle social de soutien de l'entraide, comme les caisses maladies ou les organes exécutifs de l'État.

Nous nous engageons envers les autorités, les organismes de financement et les responsables politiques pour les objectifs suivants :

  • la déstigmatisation des maladies mentales,
  • la parité sociale et légale des personnes souffrant de maladies somatiques et celles souffrant de maladies mentales,
  • des soins médicaux pour les personnes souffrant de troubles psychiques qui se fondent sur l'état de la recherche et prennent au sérieux les personnes malades et leurs proches,
  • une offre de soins à seuil bas, proches de la communauté et en réseau qui s'axe sur les besoins des personnes très maladies. Cette offre doit être financée par les organismes primaires de financement et pas par les responsables de l'aide sociale.
  • l'ajustement de la législation aux besoins spécifiques des personnes souffrants de troubles psychiques,
  • une sécurité professionnelle et sociale qui garantit aux personnes souffrants de troubles psychiques et à leurs familles un niveau de vie suffisant et leur permet de participer à la vie de la communauté.

Ce que nous faisons

Les expériences des proches peuvent être très utiles pour les autres connaissant une situation similaire. Une partie essentielle du travail de l'association consiste à promouvoir l'échange d'expériences. Il comprend l'assistance réciproque au sens de l'aide à l'entraide, l'information et les conseils.

Au niveau local, cela a lieu dans les groupes d'entraide. Les associations régionales peuvent être utiles pour la formation et l'accompagnement de ces groupes. Elles informent lors de leurs événements sur les thèmes techniques et spécifiques au pays. L'association fédérale organise également des événements d'informations sur les questions thérapeutiques, de droit social et sur les autres questions. De cette manière, un réseau est créé qui sort les familles de l'isolation et les soutient même en cas de crise.

Si les personnes malades ne peuvent pas représenter suffisamment leurs intérêts, leurs proches doivent le faire pour elles. L'association fédérale et les associations régionales les soutiennent par des publications propres, des conseils gratuits, la médiation de partenaires ou contacts, des adresses ou des références bibliographiques.

Une source d'informations avec un effet interne et un effet externe est le magazine "Psychosoziale Umschau"dont l'association fédérale est le co-auteur. La présence en ligne est assurée via le réseau psychiatrique www.psychiatrie.de

Le travail des associations régionales et de l'association fédérale a pour objectif d'améliorer l'environnement social au profit des personnes souffrant de troubles psychiques et de leurs familles. Cela comprend notamment l'information du public sur les troubles psychiques afin d'éliminer les préjugés et la stigmatisation.

La tâche de l'association fédérale est également de représenter les revendications politiques des associations régionales au niveau fédéral et d'apporter aux associations régionales des informations dans son domaine de travail. Ainsi, l'association coopère avec toutes les personnes et institutions qui soutiennent ses objectifs dans leur totalité ou dans certains domaines.

Nous transmettons l'expérience et les connaissances des proches aux décisionnaires et multiplicateurs, nous mettons en lumière les déficits, les défauts et les injustices et nous engageons pour qu'ils disparaissent. En tant qu'interlocuteurs, nous sommes toujours disponibles pour répondre aux questions sur les maladies mentales et leurs répercussions sur les familles.

Les représentants de l'association fédérale travaillent dans les associations internationales de proches comme l'EUFAMI (European Union of Families Organizations) et WFSAD (World Fellowship For Schizophrenia And Allied Disorders).

À tous les niveaux de l'association d'entraide familiale Psychiatrie, des bénévoles travaillent avec un grand engagement. Entretemps, l'association d'entraide familiale Psychiatrie est devenue une fois qu'on ne peut plus occulter. Les familles avec des membres souffrant de troubles psychiques prennent elles-mêmes leur avenir en main et suivent la devise :

Vivre avec des personnes souffrant de troubles psychiques - avec assurance et solidairement.

 Bonn, novembre 2012