BApK

Bundesverband der Angehörigen psychisch erkrankter Menschen e.V.

La "pièce maîtresse" - les groupes d'entraide

L'entraide est par principe liée à l'affirmation de soi et à la responsabilité propre. En ce qui nous concerne en tant que proches de personnes souffrant de troubles psychiques cela signifie :

  • nous souhaitons dépasser l'état d'impuissance et de perte de contrôle dans lequel nous met la maladie de notre proche.
  • Nous souhaitons vivre de manière autonome et solidaire avec les membres malades de notre famille.
  • Nous voulons que les droits de toutes les personnes impliquées soient préservés.

Nous pouvons y contribuer par nous-mêmes. Par exemple, en nous informant et en adaptant notre comportement et nos réactions à la situation. En intervenant lorsque nous voyons que le ou la maladie ne peut s'aider lui/elle-même.

Cependant, ces tâches dépassent souvent nos forces, nous souffrons d'un manque de compréhension et avons besoin d'un endroit où nous pouvons aborder nos inquiétudes, notre détresse, notre colère et notre frustration. Cet endroit peut être un groupe de proches comme il en existe de nombreux. Parfois, il s'agit d'un groupe ouvert où chacun va et vient comme il le souhaite, une autre fois, un groupe fermé qui accepte les nouveaux membres uniquement sur demande. L'éventail des groupes d'entraide est varié. Et c'est bien ainsi.

Une chose est commune à ces groupes : leurs membres constatent au fur et à mesure qu'ils ne sont pas seuls avec leurs problèmes. Cela console et cela inspire à réfléchir. En effet, les difficultés ne sont pas "seulement" de nature personnelle. L'aide et les informations apportées par les discussions en groupe ne sont pas toujours suffisants.

Souvent, il existe des problèmes avec le système d'aide en lui-même qui fait désespérer les proches.

  • Une aide lors des situations de crise manque, 
  • il y a des problèmes avec les caisses maladie ou d'autres organismes de financement.
  • ici, à la clinique, personne ne veut parler avec les proches,
  • l'avenir du malade est planifié sans s'occuper d'eux et ensuite on leur demande de passer en caisse,
  • la liste des exigences peut être longue.

De nombreux proches engagés se sont avérés méritants en tant que voix des familles de personnes souffrant de troubles psychiques au cours de ces dernières décennies. Ils le font de manière largement bénévole et souvent, en plus de leurs problèmes personnels importants.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les groupes d'entraide,

  • comment ils se sont formés, 
  • l'idée qui se cache derrière, 
  • leur déroulement,
  • à quels groupes de proches ils s'adressent
  • les risques qui existent
  • ce que cela coût

nous vous recommandons de lire les Explications de Susanne Heim